07
Déc
2015

Le séisme du premier tour des élections régionales….

Le résultat du 1er tour des élections régionales est un véritable séisme. Comment peut-on accepter dans le pays des droits de l’homme que le FN soit le premier parti de France ? Comment peut-on accepter que le FN soit largement en tête dans 6 régions ? Comment accepter que le FN soit en passe de conquérir 2 ou 3 régions ?
Les régions sont multiples ; chômage important, désindustrialisation de la France, désertification de nos campagnes, échec de l’intégration dite républicaine, arrivée massive de réfugiés en Europe fuyant la guerre civile dans leur pays d’origine, attentats du 13 novembre 2015.
C’est sans doute la peur du lendemain ou la peur tout court qui a guidé le choix de près de 30% des électeurs.
Je salue la déclaration solennelle et très digne du Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-christophe Cambadélis qui a annoncé le choix cornélien des socialistes de retirer nos listes dans 3 régions qui sont à la portée de ce parti.
Cette déclaration et cette attitude tranche avec celle, petite et partisane, de Nicolas Sarkozy qui s’est soucié seulement de son avenir au détriment de l’intérêt supérieur du pays.
Si j’étais électeur en Nord-Pas de Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côte d’Azur, je n’irais pas voter dimanche prochain pour le candidat de la droite républicaine. Je comprends donc la décision de mon collègue, Guy Delcourt, Député du Pas de Calais de voter blanc dimanche prochain. Je refuse, en effet, de choisir entre la peste et le choléra. Je rappelle en effet, que Xavier Bertrand et Christian Estrosi sont des proches de Nicolas Sarkozy. Ils ont toujours appartenu à ses gouvernements et je ne les ai jamais entendu se démarquer de la droitisation de ce dernier qui a rompu les digues qui faisaient barrage au FN. N’oublions pas que Nicolas Sarkozy est responsable en parti du bon en avant de l’extrême droite en France.
Si le Parti Socialiste résiste mieux que prévu au lendemain de ces élections, la gauche sort affaiblie. C’est d’abord la désunion de la gauche du au faible score du PC et d’EELV. La gauche est toujours forte lorsqu’elle est rassemblée. En NPDP et en PACA, les faiblesses de la gauche ont contraint le PS de se retirer. Espérons que nos amis communistes et écologistes auront compris la leçon et que le rassemblement engagé par Jean-Christophe Cambadélis sera total.
En ce qui concerne l’Ile de France, je me réjouis du bon score enregistré par Claude Bartolone qui devrait garder notre région à gauche, et je suis très fier du score des forces progressistes à Paris.
Ce résultat est notamment du, à Paris, à la politique initiée par Bertrand Delanoë et poursuivie par Anne Hidalgo en matière de solidarité, de logement, d’innovation et de renouvellement des pratiques démocratiques.
Dimanche prochain, nous devons mobiliser les abstentionnistes, trop nombreux, pour que la gauche unie puisse continuer d’animer le plus grand nombre de régions en France.

Ecrit par Roger Madec dans : Non classé |

Pas de commentaire »

Flux RSS des commentaires pour cet article. URL de TrackBack

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto